En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Déplomage - Poitiers, Bordeaux.

N.A.E (Nouvelle Aquitaine Environnement) situé près de Poitiers, est spécialisée dans le désamiantage et le déplombage

DÉPLOMBAGE


LE PLOMB 

Le plomb est un métal utilisé depuis l'Antiquité dans de nombreuses applications. Très résistant à la corrosion, il a notamment longtemps servi à la fabrication de conduites d'eau et comme pigment de peintures (céruse) malgré sa toxicité à long terme. En effet, l'exposition régulière au plomb peut entraîner de nombreux problèmes de santé regroupés sous le terme de « saturnisme » et pouvant devenir très graves.

L'exposition au plomb est soumise à une réglementation très stricte, qui protège les travailleurs et leur famille. Le plomb et ses composés sont en effet classés au niveau européen comme toxiques pour la reproduction.

Le plomb a été très utilisé pour la fabrication de peintures et enduits (en raison de ses nombreux avantages : blanc par­fait, résistance, imperméabilité, ...).

Il servait à la réalisation d'impressions, rebouchages, enduits, peintu­re et décoration (faux bois, faux marbres) sur plusieurs supports tels que plâtre, fer et bois.

En conséquence, de très nombreuses peintures réalisées avant 1948 (même quelques années après, avec l'écoulement des stocks) encore en place aujourd'hui ont une très forte probabilité de contenir du plomb.

LES EFFETS SUR LA SANTÉ

Le plomb peut pénétrer dans l'organisme par le nez (poussières, fumées) ou la bouche (mains sales, aliments souillés). En revanche, il ne passe pas à travers la peau.

Il provoque des maladies graves en s’accumulant dans l’organisme, en particulier dans les os, où il peut rester plusieurs dizaines d’années puisqu'il s'élimine très lentement.


Le plomb et ses composés ont d'ailleurs fait l'objet du premier tableau de maladies professionnelles en 1919.
Les effets du plomb se trouvent au niveau :
  • Du système nerveux : troubles de l'humeur et de la mémoire, détérioration des capacités intellectuelles, atteinte des nerfs moteurs périphériques.
  • Des reins : perturbation des fonctions d'élimination, insuffisance rénale chronique.
  • Du sang : diminution du nombre de globules rouges (anémie).
  • Du système digestif : coliques de plomb (douleurs abdominales).
  • autres : hépatiques, endocriniens…

Aujourd'hui, de nombreux logements construits avant 1948 et qui n'ont pas eu de réfection complète, possèdent sur les menuiseries et sur les murs des peintures contenant du plomb.

Il existe donc des risques, d'une part pour les occupants, d'autre part pour les personnes réalisant l'enlèvement de ces peintures.

CONTRÔLE DE L'EXPOSITION

Le Code du travail fixe, pour le plomb et ses composés, une valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP). Réglementaire et contraignante, elle ne doit pas dépasser 0,1 mg/m3, en moyenne sur 8 heures, dans l’atmosphère des lieux de travail(article R. 4412-149). Le respect de cette valeur limite d’exposition professionnelle, doit être considéré comme un objectif minimal de prévention. L’exposition des travailleurs doit être réduite au niveau le plus bas techniquement possible.

Les valeurs limites biologiques (VLB) à ne pas dépasser sont fixées à 400 µg de plomb par litre de sang pour les hommes, et à 200 µg/l de sang pour les femmes (article R. 4412-152).

Le contrôle du respect des valeurs limites réglementaires (VLEP et VLB) du plomb doit être réalisé par des laboratoires accrédités (selon les modalités prévues par 2 arrêtés du 15 décembre 2009).

MESURES D'HYGIÈNE

(articles R. 4412-156 à R. 4412-159 du Code du travail)
Les salariés doivent avoir à leur disposition et utiliser des vestiaires différents pour les vêtements de travail et pour les vêtements de ville, ceux-ci doivent être séparés par des douches.

L’employeur veille à ce que les travailleurs ne mangent pas et ne fument pas en vêtement de travail.

SURVEILLANCE MÉDICALE

Une surveillance médicale particulière est assurée si l’exposition à une concentration de plomb dans l’air est supérieure à 0,05 mg/m3 (calculée comme une moyenne pondérée en fonction du temps sur une base de 8 heures), ou si une plombémie élevée (supérieur à 200 µg de plomb par litre de sang pour les hommes et 100 µg/l pour les femmes) est mesurée chez un travailleur (article R. 4412-160).